Tour de la plus vaste île méditerranéenne

Commentaires récents

Articles similaires

Mazara del Vallo

cattedrale-mazara-del-vallo2

Mazara del vallo est une ville côtière qui garde un patrimoine culturel important, ayant toujours été au carrefour des routes méditerranéennes, où s’installèrent phéniciens, grecs, arabes, normands, etc.
Le littoral est formé de rochers, où des fonds cristallins se prêtent bien à la plongée.
La rivière Mazaro traverse la ville pour se jeter dans la mer. Le long de son canal, le port de pêche a une importante flotte de bateaux, devenant au XXe siècle le plus important de Sicile.
Cette ville a toujours été un lieu d’échanges culturels et commerciaux, de brassage de peuples, comme en témoigne encore aujourd’hui la présence d’une communauté tunisienne liée à l’intense activité de pêche.

Historique

Une première ville se développa à l’époque phénicienne, sur la rive gauche du fleuve Mazaro, dont le nom qui dérive du phénicien “Mazar” qui signifie rocher ou château. Elle est devenue avec les grecs un avant-poste protégeant la grande cité de Sélinonte.
Sous les arabes, c’était le chef-lieu de la vallée de Mazaro, la plus grande ville de cette région de la Sicile après Palerme avec près de 30.000 habitants, dont les activités culturelles et économiques furent florissantes, et où s’implantèrent de nombreux berbères et arabes.  Le tissu urbain qui est hérité de cette époque se retrouve en particulier dans le quartier de la Casbah. Ce fut un des derniers bastions de la résistance islamique qui tombèrent lors de la conquête normande. C’est aussi ici que s’est tenue la première séance du « parlement sicilien », convoqué par le comte Roger de Hauteville en 1097.

adsensefeed

Patrimoine et visite

En matinée, on peut découvrir l’intense activité portuaire, la source de la vie de cette ville.
L’ancien carré du centre historique était à l’origine protégé par des murailles édifiées par les normands. On y trouve de nombreux édifices civils et religieux, témoignages des diverses influences culturelles, comme des monastères restaurés aux XVIIe et XVIIIe siècles, des églises des XI-XIIe siècles et le quartier de la Kasbah, typique des médinas arabes avec ses ruelles étroites.

A proximité du port, sur la Piazza Plebiscito se dressent les ruines de l’église Sant’Ignazio avec ses arcs normands et ses colonnes doriques, annexée à l’ancien couvent des Jésuites du XVIIe.

cattedrale-mazara-del-vallo2

Cathédrale

La Piazza della Repubblica est dominée par les dimensions de la cathédrale Saint-Sauveur, édifiée par le normand Roger Ier de Hauteville pour remplacer une mosquée. Reconstruite à la fin du XVIIe siècle en style baroque, elle conserve une partie de sa structure d’origine dans le transept et l’abside. L’intérieur conserve des sarcophages romains, ainsi que des statues d’Antonello Gagini sur le thème de la transfiguration du Christ.
Sur la place se trouvent aussi le Palais épiscopal du XVIe et celui du séminaire du XVIIIe.

Mentionnons aussi l’église Sant’Egidio (XVe – XVIe siècles), siège actuel du musée du Satyre Dansant (lire ci-dessous) ; l’église San Michele construite sous le normand Roger II et transformée en édifice baroque au XVIIe ; l’église Santa Caterina ou l’église baroque de San Francesco avec ses riches décorations et polychromes ; et l’église San Nicolò Regale qui est un splendide édifice d’origine normande du XIIe siècle.
Près de Notre-Dame de Giummare (Notre-Dame de l’Arche), sur la piazza Mokerta, se dresse une arche de l’époque normande, unique vestige de l’ancien château normand fortifié par le comte Roger de Hauteville.

Le musée diocésain est hébergé dans l’église San Michele, où sont exposés les parements sacrés, des instruments liturgiques, ou des objets précieux en or et en argent, remontant du XIVe au XIXe siècle.

Le musée du Satyre Dansant (Museo del Satiro Danzante), hébergé dans l’ancienne église Sant’Egidio, abrite de nombreuses découvertes antiques, conservant en particulier un très rare et précieux exemple de statue en bronze grecque du IVe s. av. J.-C., le Satyre Dansant de Mazara del Valo.

Le satyre dansant est une statue de bronze haute de deux mètres, retrouvée en 1998 par un bateau de pêche de Mazara dans le détroit de Sicile, en remontant les filets auxquels elle s’était accrochée.
Après restauration, cette œuvre voyagea pour être exposée à Rome, à Paris et même au Japon.
Il pèse presque 100 kilos, avec des yeux d’albâtre et de verre coloré, mais il lui manque les bras et une jambe, probablement perdus sur les fonds marins. Pour certains se serait le « satyre periboetos », mentionné par Pline l’ancien, une œuvre du célèbre sculpteur Prassitele (du IVe siècle avant notre ère), pour d’autres ce serait une réplique du IIe ou Ier siècle avant notre ère. Il existe aussi d’autres hypothèses sur son origine.
Dans tous les cas c’est une représentation d’un satyre, vu les oreilles pointues ou la posture dansante.

Le musée Mirabilia Urbis, occupant l’ancienne église San Bartolomeo, abrite les découvertes trouvées sur le proche site archéologique de Roccazzo, et d’autres trouvailles faites sur la commune. Les objets remontent du néolithique jusqu’à la fin de l’antiquité, en passant par l’âge de bronze.

Mentionnons aussi la bibliothèque du séminaire épiscopal et la bibliothèque municipale qui conserve des fonds importants, ainsi qu’un musée ornithologique, avec notamment une collection ornithologique et taxidermiste.
Le théâtre Garibaldi date de 1848. Il est en cours de restauration, avec un intérieur recouvert de peintures typiques du folklore sicilien.

Quelques vestiges antiques se découvrent en ville, dont ceux de thermes romains qui ont été retrouvés sous l’église de San Nicolò Regale, avec des fresques et des mosaïques au sol (IIIe – Ve siècles de notre ère).
Le palais des Chevaliers de Malte compte aussi des vestiges archéologiques comme des éléments puniques (fin du IVe s. av. J.-C.) et des structures arabes et normandes.

Site naturels aux alentours

Dans les alentours se trouvent également les intéressants sites naturels de la réserve de Gorghi Tondi et du lac Preola, ainsi que les marais de Capo Feto et Margi Spanò.

A l’est, la Réserve Naturelle Lago Preola e Gorghi Tondi est un environnement humide séparé de la mer, avec ses petites dépressions lacustres, des zones sèches et des bois, où vit une faune aviaire, et pousse une épaisse végétation marécageuse typique des étangs méditerranéens côtiers faiblement salés.
A l’ouest, les marais de Capo Feto et Margi Spanò sont aussi une zone d’une grande richesse naturelle, séparés de la mer par un cordon de sable, inondés en hiver.

Le site archéologique de Roccazzo se trouve à 12 km au nord, le long de la route SP 50, après le bourg de Borgata Costiera. Il s’y trouve des témoignages du néolithique, de l’âge du bronze et de l’antiquité grecque. Un musée de la ville conserve les trouvailles qui y furent faites.

Traditions, fêtes et gastronomie

Fêtes et traditions

La dernière semaine d’août on fête le saint patron de la ville, San Vito, avec célébrations, processions, reconstitutions historiques, concerts et feux d’artifice. Une procession se déroule avant l’aube, à la lumière des flambeaux, aboutissant avec des feux d’artifice, et une procession finale sur la mer.

La Madone du Paradis, patronne de la ville, est célébrée mi-juillet. On fête aussi l’Aurora le matin du dimanche de Pâques.

Les fêtes et les manifestations culturelles sont nombreuses à Mazara, avec un été animé, musical, théâtral et sportif. La foire San Salvatore se tient du 1er au 6 août, et en octobre la Festa della Borgata Costiera rassemble toutes les ressources du territoire : artistiques, culturelles et traditionnelles, et l’oenogastromie locale avec dégustations de produits typiques.

La légende : Selon d’anciennes croyances populaires, certains endroits de la ville et le fleuve Mazaro auraient eu des pouvoirs magiques capables d’influencer l’homme et la nature. Les arabes appelaient le Mazaro “Wadi al Wagnum”, fleuve de l’esprit, ne trouvant aucune explication au phénomène volcanique des rapides montées et retraits des eaux.

Production et artisanat

Les productions artisanales typiques de Mazara sont liées à ses activités maritimes, dont les outils de pêche comme les filets et les nasses. Ses chantiers navals sont spécialisés dans la construction de coque en bois et en fer de tonnage moyen.
D’autres productions tournent autour du travail du fer, du bois et des céramiques artistiques.

Côté agricole, on produit du vin, de l’huile, des céréales, des fruits et des agrumes. On y confectionne aussi des pâtes et des conserves de poisson.

Gastronomie

Le poisson est bien évidemment au cœur de la gastronomie locale, cuisiné au grill, fris, au four, en soupe, ou fumé.
Comme dans toutes les communes côtières de la Province de Trapani, le plat local est le couscous, d’origine arabe, avec sa semoule cuite à la vapeur, agrémentée de bouillon de poisson.
Côté pâtisseries, les sœurs bénédictines du monastère de San Michele ont inventé des petits gâteaux, les muccunetti, des petites boules d’amandes fourrées de crème de citrouille et saupoudrées de sucre.

Sur la carte

Informations

Vidéo de l’office touristique de la commune

Sites externes

S’abonner
Notifier de
guest
confidentialite check
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments




Destinations principales

Articles au hasard

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x