Tour de la plus vaste île méditerranéenne

Motyé et l’île San Pantaleo

Cothon, Mozia

Motyé (Mozia en italien) était une des plus anciennes colonies phéniciennes de Sicile, avec Panorme (Palerme) et Solonte, fondée au VIIIe siècle avant J.-C. sur l’une des quatre îles de la lagune de Stagnone. Cette petite île, aujourd’hui appelée île San Pantaleo, se situe sur la côte occidentale de la Sicile, au nord de Marsala. Vaste de 45 hectares, elle se trouve face aux marais salants de la réserve naturelle.

mozia-posizione-lagunaAvant sa destruction par les grecs de Syracuse en 397 avant J.-C., c’était une place commerciale essentielle des phéniciens et des carthaginois, et une cité florissante.
La cité ayant été abandonnée après sa destruction, on y trouve le témoignage le mieux préservé de la présence phénicienne en Sicile. C’est une des raisons pour lesquelles le site est un des endroits les plus fascinants de la région, avec son site archéologique et son musée, situés dans un cadre naturel original.
Un chemin parcoure l’île et sa végétation méditerranéenne pour découvrir les vestiges de la cité. Ceux-ci n’atteignent pas des hauteurs gigantesques, mais ne manquent pas du charme évocateur de la puissance et de la richesse passée.

Le musée Whitaker présent sur l’île conserve l’œuvre majeure découverte sur le site, l’aurige ou le jeune homme de Mozia.

Histoire de Motyé

Les phéniciens et Carthage

Les phéniciens étaient un peuple qui se développa au cours du IIe millénaire avant notre ère au proche-orient, avec des villes au Liban actuel et ses environs, de la Syrie à Gaza. Les plus importantes étaient Tyr, Sidon, Byblos et Arwad. C’étaient des marchands navigateurs, dont l’influence grandit au XIIe siècle quand ils s’émancipèrent des dominations d’autres peuples (égyptiens, hittites). A partir de cette époque, ils établirent des comptoirs commerciaux dans toute la Méditerranée. Au cours du VIIe siècle, un de ces comptoirs, Carthage (fondé probablement au VIIIe), prit son indépendance de Tyr et fut à l’origine d’une civilisation autonome qui domina les implantations phéniciennes de l’ouest de la méditerranée, depuis les côtes ibériques à celles de l’Afrique du nord, en Corse, Sardaigne, et à l’ouest de la Sicile.

moneta-motya-tetradrachme-aver

Revers d’un didrachme frappé à Motyé, en argent

D’abord probablement un comptoir commercial et maritime, Motyé pris de l’importance avec le temps. Sa physionomie rappelle à de nombreux archéologues celle de la ville phénicienne de Tyr, nue des villes “mères” de ce peuple.
Sur les monnaies antiques frappées à Motyé, la ville était nommée en punique Mtw.
Avec la colonisation d’une grande partie de l’est de la Sicile par les grecs, au VIIIe siècle les phéniciens se rabattirent sur l’ouest de l’île, renforçant Motyé et ses deux autres principales colonies : Panorme et Solonte.
Elle fut fortifiée probablement au VIe siècle avant notre ère, avec des murs épais sur un périmètre de 2,8 km et un port intérieur, et passa sous contrôle punique peut-être lors de la première guerre greco-punique.
Elle est citée par Thucydide comme une des principales colonies phéniciennes, place commerciale essentielle, à l’époque de l’expédition d’Athènes en – 415. Cet épisode important de la guerre du Péloponnèse s’est soldé par l’échec des athéniens qui tentèrent de conquérir la Sicile au dépend de Syracuse, cité démocratique et puissante qui dominait une grande part de l’île. A l’origine, et peut être comme prétexte, c’est la cité élyme de Ségeste, alliée d’Athènes, qui appela à l’aide, lorsqu’elle se fit attaquée par sa rivale grecque Sélinonte.

moneta-motya-didrachme

Avers d’un didrachme

Avec le retrait d’Athènes, Ségeste appela alors à l’aide les carthaginois, ses alliés traditionnels. C’est le début de la deuxième greco-punique.
En – 409, le commandant carthaginois Hannibal de Giscon débarqua en Sicile, laissant sa flotte autour de Motyé avant d’attaquer Sélinonte et la dévaster. En – 407, lors d’une autre expédition punique, Motyé est devenue une base permanente pour la flotte punique. En 397 avant J.-C., Denys l’Ancien, le tyran de Syracuse, assiégea et détruisit la ville. Les habitants fuirent dans la colonie de Lilibeo (aujourd’hui Marsala). (lire l’article sur le siège de Motyé en – 397).
Bien que Carthage repris le contrôle de la région par la suite, la ville ne fut jamais reconstruite et disparu de l’histoire. Lorsque les romains assirent leur domination sur l’ensemble de la Sicile, après la guerre des îles Egades, Motyé était probablement déserte. On ne retrouva des époques postérieures que des traces de villas et comme de nos jours le passage de pêcheurs.

Sous la domination normande de la Sicile, Motyé fut confiée à l’abbaye de Santa Maria della Grotta de Marsala, devenue le siège des moines basiliens de Palerme, qui donnèrent le nom de San Pantaleo à l’île, le saint fondateur de l’ordre. Au XVIe l’île passa aux jésuites, à un notable fin XVIIIe, puis fut achetée en 1902 par le noble et archéologue anglais Joseph Whitaker. Il y installa sa maison et entame des fouilles.
La maison qui se trouve sur l’île a été transformée en musée.

Visite de Motyé, site archéologique

pianta-moziaPour rejoindre Motyé, on peut emprunter un petit bateau depuis les salines de Marsala.
Les eaux sont peut profondes, et il existe même une route submergée, d’origine punique, que l’on peut emprunter à pied à marrée basse ! Elle rejoint l’île par le nord.

Outre le musée, un chemin traverse l’île et sa végétation méditerranéenne, passant par les vestiges de l’ancienne cité phénicienne qui ont été mis au jour, comme des fortifications avec des restes de tours, dont la mieux conservée est à l’est, la porte nord qui est la mieux conservée, un site funéraire de crémation, des pierres tombales, urnes, des sanctuaires et le Cothon, un bassin artificiel rectangulaire relié à la mer par un canal.
motya-casa-dei-mosaiciPrès de la porte sud se découvre la Casermetta, des restes de maisons dont une avec des mosaïques.

L’aurige de Mozia et musée

Tous les objets trouvés par Whitaker au fil des ans se trouvent maintenant dans son ancienne maison, devenue un musée.
Une importante œuvre fut retrouvée en 1979, l’Aurige de Mozia, sculpture de l’époque classique (Ve siècle avant J.-C.), qui était enterrée apparemment intentionnellement par les habitants sous un monticule de roches et d’argile.
On a longtemps débattu pour savoir si s’était une œuvre Grecque ou Phénicienne, sans avoir tranché. Haute d’1,80 mètre, il représente un homme drapée, pour certains un aurige, conducteur de char grec, peut-être issu d’une cité grecque. Pour d’autre ce serait plutôt un dieu ou un magistrat punique.

Cette découverte est probablement liée au siège, ayant été retrouvée dans un dépôt avec de nombreuses pointes de flèches et d’autres objets de l’époque. Il est possible que lors du pillage de la ville les soldats syracusains de Denys dépouillèrent la statue de ces ornements de bronze et qu’elle se brisa lors de l’assaut. Elle aurait été abandonnée puis plus tard enfouie par des Motyens rescapés ou d’autres carthaginois.

Sur la carte

Davantage d’informations

Embarcadères : Contrada Spagnola, 228, 91025 Marsala / Contrada Ettore e Infersa, 158, 91025 Marsala
Tarif accès à l’île et entrée du musée : plein 6 €
Horaires du musée : 10h00 – 14h00 – 15h00 – 19h00

Histoire : article sur le siège de Motyé

Sites externes

Catégorie Marsala

  • MarsalaMarsala
    Connue pour son vin doux, Marsala est une jolie ville moyenne d’environ 83.000 habitants, avec ...
  • Mazara del ValloMazara del Vallo
    Mazara del vallo est une ville côtière qui garde un patrimoine culturel important, ayant toujours ...
  • Réserve naturelle de StagnoneRéserve naturelle de Stagnone
    Le cadre des salines de Marsala offre un des plus beaux couchers de soleil de ...
  • Hôtels à MarsalaHôtels à Marsala
    Hôtels à Marsala
  • Environs de MarsalaEnvirons de Marsala
    Destinations siciliennes les plus proches de Marsala, avec au nord Trapani et Erice, les îles ...

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Destinations principales

Articles au hasard

  • A voir à PalermeA voir à Palerme
    On vous présente sur cette page les sites les plus remarquables à …
  • Les vins et cépages de SicileLes vins et cépages de Sicile
    En Sicile, la culture de la vigne est très ancienne, son vin …
  • Monts NébrodesMonts Nébrodes
    Les Monts Nébrodes (Monti Nebrodi en italien) sont une chaîne de montagne, …
  • Favignana
    Favignana est l’île la plus importante de l’archipel des Égades avec ses …
  • SuteraSutera
    12 kilomètres au sud de Mussomelli et proche de la vallée du …