Tour de la plus vaste île méditerranéenne

Lentini

tetradrachme-leontinoi-revers

Lentini est une ville sicilienne située dans la province de Syracuse, au sud-est de la Sicile, sur les premières pentes des monts Hybléens. Elle doit sa renommée à son histoire, fondée au VIIIe siècle avant notre ère par des grecs de Chalcis qui l’appelèrent Leontinoi.
Outre les édifices religieux du centre historique, issus de la reconstruction baroque postérieure au tremblement de terre de 1693, on
peut découvrir la zone archéologique du Castellaccio, dont les vestiges de la forteresse médiévale et la grotte du Crucifix, ainsi que le site archéologique de la cité antique.

Visite de Lentini

Centre historique

L’histoire mouvementée de Lentini lui a légué plusieurs édifices remarquables, avec avant la Chiesa Madre de Santa Maria la Cava et Sant’Alfio. C’est une église baroque du XVIIIe siècle, dont l’histoire remonte à l’époque byzantine, avec une façade plutôt sobre et un intérieur élégant, conservant une icône byzantine de la Madonna Odigitria du XIIe siècle, des autels funéraires, un simulacre intéressant des frères et saints Alfio, Filadelfo et Cirino, martyrisés en 253 à Lentini.
Plusieurs églises sont intéressantes, tel que l’église de la Sainte Trinité et San Marziano érigée sur les ruines d’un ancien monastère et du palais de La Palumba du XVIe siècle ; l’église de la fontaine (ou des trois saints) qui fut reconstruite en 1805 sur le site du martyre des trois saints frères ; le couvent des Capucins, l’église de l’Immaculée Conception du XVIIIe siècle ; San Francesco di Paola, etc

Le musée archéologique régional de Lentini conserve une importante collection, illustrant l’histoire de la ville et de son territoire depuis la préhistoire jusqu’au moyen-âge, en passant par les grecs et les romains.

adsensefeed

Castellaccio

La zone du Castellaccio correspond aux vestiges de la forteresse médiévale remontant aux normands et à Frédéric II. Cette place forte resta longtemps importante, frappé par un tremblement de terre en 1542, et par celui de 1693 qui la détruisit en grande partie, pour finir abandonnée à notre époque.
Il reste autour de la forteresse les systèmes défensifs naturels et humains, dont des fossés séparant les autres collines, des parois au nord et au sud, des restes de murs que l’on voit au sud, au nord-est, des restes de tours, une falaise à l’ouest et des murs.
Vers le centre du site, un escalier mène à une “salle hypogée”.

Dans le parc archéologique se trouve l’Oratoire de Sainte-Lucie, grotte utilisée comme lieu de culte entre le XIIe et le XIVe siècle, avec une sépulture creusée dans le sol et de précieuses fresques des environs du XIVe siècle, dont celles de Sainte-Lucie, accompagnée d’un Christ Pantocrator et d’un saint barbu (peut-être Saint Nicolas), une Madone, etc

Grotte du crucifix

A proximité du Castellaccio, la grotte du crucifix est un autre lieu de culte important, pour ses fresques, exemple de coexistence de cultes grec et latin, dans des salles remontant au
VIIe siècle avant J.-C.
L’entrée actuelle date du XVIIIe siècle. Près de celle-ci se trouve une niche voûtée avec un autel, deux ossuaires (XVe siècle env), et une crypte au sous-sol.
La nef était entièrement recouverte de cycles de fresques, du XIIe au XVIIe siècle. Sur l’autel côté est, voué au culte oriental, une splendide fresque du Christ Pantocrator date des environs du XIIIe siècle. Au nord le mur du “Mater Domini” mêle divers styles. On observe les représentations de nombreux saints, une scène de la Crucifixion, etc.
Une Déposition du Christ a été déplacée au musée archéologique de Lentini.

Site archéologique de Lentinoi

tetradrachme-leontinoi-revers

Tétradrachme de Leontinoi

Le site archéologique de l’antique cité de Lentinoi se situe au sud de la ville actuelle de Lentini, avec l’acropole sur la colline San Mauro, l’agora dans la vallée entre cette dernière colline au sud-ouest et celle de Metapiccola au sud-est. La zone de Castellaccio est plus au nord, où fut érigée plus tard la forteresse médiévale.
Sur la colline de Metapiccola, un village préhistorique de la l’âge du fer a été mis au jour, assimilé à la mythique implantation sicule de Xouthia, avec des traces de cabanes rectangulaires qui étaient en bois. Une nécropole de l’époque se retrouve le long de la Cava Ruccia.
Au nord-ouest de cette colline, l’agora est située dans la vallée.
Sur la colline San Mauro se trouvent le restes de l’acropole de la ville fondée par les grecs vers 730, s’étendant sur les pentes.

Les murs montrent des interventions successives, du VIIe siècle avant notre ère pour les plus anciens qui protégeaient seulement l’acropole.
Au VIe siècle une enceinte fut construite pour protéger les deux collines et le centre de la vallée, bloquant l’entrée nord avec la porte de Syracuse, au de laquelle s’étend la nécropole hellénistique, avec plus de 600 tombes dont des petits monuments funéraires (datant des IVe et IIIe siècles avant notre ère).
Des sections de ces murs sont visibles du côté est de la colline San Mauro, et des restes d’une tour vers l’autre colline.
Les monuments funéraires les plus anciens et qui sont proches de l’entrée remontent au VIe siècle avant J.-C.

Histoire de Lentini

Une légende raconte que la région était occupée par les lestrigons, des géants anthropophages ressemblant aux cyclopes et habitant sur l’Etna. Ce peuple aurait évolué comme éleveurs et agriculteurs selon Homère, devenant les Sicanes.
Toujours est-il, les Sicules venus de la péninsule italienne entrèrent en conflit avec les sicanes pour repousser ces derniers et finalement occuper l’est de la Sicile, dont la région de Lentini.

Au VIIIe siècle avant J.-C. des grecs fondèrent des colonies en Sicile, coexistant avec les populations indigènes avant le les chasser dans l’arrière-pays. Selon Thucydide ce sont des grecs venus de Chalcis qui s’installèrent ici sur la colline San Mauro vers 730 avant notre ère, coexistant temporairement avec les sicules. Ils auraient chassé ces derniers avec l’aide de grecs venus de Mégare (et futur fondateurs de Mégara Hyblaea).

bronze-trias-leontinoi-revers

Trias de bronze

L’agriculture était la principale activité économique et la ville, en particulier la culture de l’orge (que l’on observe sur des monnaies), ainsi que l’élevage des chevaux.
Selon Aristoléles, à la fin du VIIe siècle, lors de conflit avec la voisine Megara Hyblae, émergea le premier tyran sicilien, nommé Panezio.
Un gouvernement oligarque dirigea la cité devenue florissante économiquement et démographiquement. Elle perdit son indépendance en 494 av. J.-C., occupée par Hippocrate de Gela, puis en 476, lorsque Gélon de Syracuse y déporta des habitants de Naxos et de Catane.
Lentini retrouva plus tard sa liberté, mais sous les diverse menaces (dont l’aventure du roi sicule Doukétios) demande l’aide d’Athènes contre Syracuse. En 424 avant notre ère un accord est trouvé avec le retrait des athéniens de Sicile, contre l’assurance de l’autonomie des cités grecques. Mais le conflit se prolongea en interne à Lentinoi, les aristocrates pro-Syracuse expulsèrent les démocrates pro-Athènes. La cité fut incluse dans la chôra (territoire) de Syracuse. Toutefois, ces aristocrates se trouvèrent insatisfaits, s’allièrent aux démocrates appuyés de nouveau par Athènes, et marchèrent contre Syracuse. L’expédition se solda par la défaite définitive des athéniens, et Syracuse s’imposa à Lentini.

didrachme-leontinoi-avers

Didrachme (avers)

En 406, suite à la défaite de Syracuse contre les carthaginois, la cité retrouva son autonomie brièvement, mais Denys le tyran de Syracuse s’en empara et la transforma en place forte militaire.
Ne pouvant par payer les mercenaires, Denys leur donna la ville. Après plusieurs événements, Lentini resta sous domination syracusaine et en 214 avant J.-C., les romains s’y installèrent.

didrachme-leontinoi-revers

Didrachme (revers)

De la période romaine, peu d’informations nous sont parvenues, et la ville déclina à partir du Ier siècle avant notre ère.
Après la conquête barbare, Lentini fut occupée par les byzantins. On sait qu’un évêché y fut installé. Les sarrasins s’installèrent en 847 et la ville semble avoir connu une période relativement prospère, jusqu’à l’arrivée des normands où elle aurait de nouveau décliné, frappée notamment par les deux tremblements de terre, de 1140 et 1169.

Avec Frédéric II de Souabe, Lentini reprit de la vigueur, mais se révolta par en 1250, fut réprimée, indépendante comme d’autres villes de Sicile grâce au Pape en 1254, mais peu de temps, puis les angevins opprimèrent la Sicile, jusqu’à se qu’ils soient expulsée en 1282 avant l’arrivée des aragonais.

L’histoire de la ville resta chaotique, jusqu’au tremblement de terre de 1693 qui la détruisit complètement. Elle fut reconstruite par la suite, laborieusement.

Informations

Sur la carte

Sites externes

Catégorie Catane

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Destinations principales

Articles au hasard